Efficience 21 /// hiver 2020-2021

Actuel I En images

En tout temps au courant

image_35-21_sommaire

Actuel

Brèves

breve_sommaire_35-21

En partenariat avec SuisseEnergie

MakeHeatSimple: Réglez à distance le chauffage de votre résidence secondaire

make_sommaire

Interview I Tobias Brosch

«L’éco-anxiété est devenue un phénomène social»

interview_35-21_sommaire

En partenariat avec CleantechAlps

L’hydrogène en mer ou sur terre

cleantech_hydrogene_35-21_sommaire

En partenariat avec CleantechAlps

Des piles à combustible réversibles

cleantech_piles_35-21_sommaire

Energie et travaux I Visite guidée

Maison olympique, Lausanne

visite_sommaire

Energie et travaux I Economie circulaire

Le réemploi ou la deuxième vie des matériaux

reemploi_35-21_sommaire

Dossier I Hydrogène

Demain, l’hydrogène?

demain_35-21_sommaire

Mobilité I Aviation

Airbus vole vers l’hydrogène

airbus_35-21_sommaire

Mobilité I Motorisation

Pas (encore) de déclic pour le retrofit électrique

mobilite_31-21_sommaire

Solutions durables I Exemplarité Energie et Climat

Un outil pour mesurer simplement les coûts liés au cycle de vie

solutions_35-21_sommaire

Solutions durables I Climat

Catwalk 2020: et le gagnant est…

climat_35-21_sommaire

Solutions durables I Gestion des réseaux

Smart grid: comprendre le réseau électrique de demain

smart_35-21_sommaire

Solutions durables I Ecogestes

Six conseils éclairés pour moins consommer

six_31-21_sommaire

ACTUEL I Brèves

De l’électricité  dans le pantalon

 

Nos habits produiront-ils de l’énergie? Grâce à un nouveau polymère utilisé sur les fibres textiles, les vestes ou encore les t-shirts, nos vêtements pourraient fonctionner comme des capteurs solaires mobiles. L’équipe de chercheurs de l’Empa, le Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche, a réussi le tour de force de produire un matériau qui offre également la flexibilité et la perméabilité à l’air requises pour des vêtements. Encore en phase de développement, la découverte pourrait faire des étincelles.

Pourquoi faire moins?

 

L’Etat de Genève et SIG annoncent un bilan 2019 très encourageant et dépassent ainsi les objectifs énergétiques visés, avec une diminution de 29,6% (au lieu de 29%) de la consommation d’énergie thermique fossile et une réduction de 11% (au lieu de 2%) de la consommation d’électricité par habitant, ceci dans un contexte démographique croissant (+21% depuis 2000). Afin de poursuivre les efforts, une nouvelle plateforme internet facilitant l’accès aux mesures d’encouragement et d’accompagnement vient d’être lancée: www.ge-energie.ch

Discuter, partager, décider, agir

 

Le Hub Efficience énergétique a été créé en 2020 par la Fondation Nomads. Il regroupe des acteurs publics et privés (professionnels du bâtiment, régies immobilières, acteurs de la formation, SIG, notamment) qui réfléchissent ensemble à la meilleure façon de réduire les consommations énergétiques et de sortir du chauffage fossile dans le canton de Genève. Les groupes de travail mis en place abordent des problématiques spécifiques, comme les solutions techniques, le développement des compétences, les financements ou encore la création de labels et de certifications.

 CONSTRUCTION 

 

S’ADAPTER POUR ÉCONOMISER

Afin de diminuer l’impact environnemental du bâti, des chercheurs de l’EPFL ont développé des méthodes pour concevoir et contrôler les structures civiles (routes, ponts, barrages, tunnels, usines, etc.). Des capteurs intégrés aux ouvrages améliorent ainsi la précision de détection de la charge, tandis que des unités de contrôle traitent les informations afin de fournir des commandes de contrôle appropriées aux actionneurs, qui permettent à la structure de changer de forme. Les structures adaptatives fournissent alors un moyen de dépasser les limites de conception liées à la rigidité des structures civiles, mais visent également une économie de matériaux. «Ces structures permettent de réaliser jusqu’à 70% d’économie d’énergie intrinsèque», précise Gennaro Senatore, scientifique au laboratoire IMAC (Informatique et mécanique appliquées à la construction) et chef du projet, qui rappelle également que le secteur de l’industrie du bâtiment représente plus d’un tiers de la demande énergétique mondiale.

 ENVIRONNEMENT 

 

DES DRONES AU SOMMET

Une équipe de recherche de l’Empa et de l’Imperial College de Londres a mis au point des drones équipant les arbres de capteurs permettant de détecter les dommages environnementaux. Des capteurs qui peuvent également être utilisés pour surveiller le comportement des animaux, les incendies et les infestations d’insectes, ou encore identifier l’impact des activités humaines sur la forêt.

 LABEL 

 

STAGES DURABLES À L’EPFL

Un projet de certification est actuellement en phase pilote à l’EPFL. Il s’agit d’un nouveau label indiquant aux étudiants si les stages en entreprise qui leur sont proposés répondent à des critères de durabilité. Les objectifs ou la technologie visés doivent ainsi être respectueux de l’environnement, ou apporter un développement favorisant sa préservation. En 2019, quelque 3000 annonces ont ainsi été postées par plus de 1100 entreprises, dont quelque 1285 étudiants ont pu profiter.

 BOIS 

 

AVEC DES SI…

Si 80% des nouveaux bâtiments résidentiels en Europe étaient en bois, ils absorberaient près de la moitié des émissions annuelles du continent provenant de l’industrie du ciment, selon une étude de l’Université Aalto et de l’Institut finlandais de l’environnement. Actuellement, seuls quelque 5% des nouveaux bâtiments construits sur le Vieux Continent sont en bois.

Protoxyde d’azote

 

Le N20 joue un rôle important dans le réchauffement climatique. Il est environ 25 fois plus «réchauffant» que le méthane, et 300 fois plus que le dioxyde de carbone. Et, mauvaise nouvelle, sa concentration dans l’atmosphère a augmenté de 2% par décennie au cours des 150 dernières années. La principale raison? L’emploi d’engrais azotés sur les terres agricoles. Des politiques industrielles et agricoles limitant les excès d’application d’engrais contribuent toutefois à stabiliser les émissions, malgré une augmentation de production, selon une étude menée par un groupe international de chercheurs et publiée dans la revue Nature.

Déchets électroniques

 

Télétravail, éducation à distance, achats en ligne: l’année passée a rimé avec pollution numérique. Selon une étude de BNP Paribas 3 Step IT, 83% des entreprises françaises ont ainsi acheté de nouveaux équipements informatiques en 2020, qui viennent s’ajouter aux 53,6 mégatonnes de déchets électroniques générés chaque année (ce qui équivaut à 1000 ordinateurs portables par seconde). Pourtant, la question de la gestion des déchets électroniques pose encore de nombreux défis environnementaux, avec des filières de recyclage saturées, des exportations de déchets dans des pays écologiquement moins regardants ou encore des difficultés de reconditionnement.

Manifeste pour une société écologique post-urbaine

 

Guillaume Faburel est professeur en géographie, urbanisme et science politique à l’Université Lyon 2 et à l’Institut d’études politiques de Lyon (France). Il vient de publier le manifeste Pour en finir avec les grandes villes, où il appelle à l’édification d’une société hors des métropoles, grandes émettrices de gaz à effet de serre et de déchets, et boulimiques en énergies. «Une taille plus responsable des groupements humains permettrait de lutter plus efficacement contre le déclin du vivant, écrit-il. De même, un peu de tempérance voire de ralentissement ne feraient pas de mal à nos existences, partout converties aux mouvements incessants, à l’automatisation généralisée, aux connexions continues, bref à l’accélération et à la saturation.»

 CONSTRUCTION 

Le NEST passe un STEP

 

Un escalier en colimaçon imprimé en 3D, un plafond nervuré en filigrane nécessitant environ un tiers de matériau en moins et une enveloppe du bâtiment économe en énergie pour assurer un confort optimal: une nouvelle unité du NEST est en cours de planification. Son nom? STEP2. Dans ce projet, l’accent est mis sur la mise au point de nouvelles solutions et de nouveaux processus pour le marché. Différents partenaires de la recherche et de l’industrie travaillent ensemble pour accélérer les innovations dans les domaines de la gestion du recyclage, de la fabrication numérique et industrielle, de l’enveloppe du bâtiment et des systèmes énergétiques. Le module de deux étages sera construit sur la plateforme supérieure du NEST. Une fois terminé, il servira d’environnement de bureau et d’atelier d’innovation, dans lequel d’autres projets pourront être développés. Selon le calendrier, la construction devrait démarrer début 2021, pour un module STEP2 achevé à l’été 2022.

 INNOVATION 

 

CURE DÉTOX POUR L’AMIANTE

Deux chercheurs du Laboratoire de génie chimique à Toulouse (France) ont développé un procédé qui permet d’extraire le magnésium et la silice des déchets d’amiante. Non seulement la technique rend possible l’extraction de ces deux éléments (utilisés dans des secteurs comme l’agriculture, l’industrie aéronautique ou les énergies renouvelables), mais elle supprime également la toxicité de l’amiante. L’innovation a conduit à la création de la start-up Valame, qui prévoit une production de chlorure de magnésium et de silice de manière industrielle dès début 2021. 

Reconstruire en mieux

 

Un numéro spécial du rapport «Production Gap», rédigé par des organismes de recherche et les Nations unies, indique que l’écart entre les niveaux de production de combustibles fossiles prévus par les pays et les niveaux mondiaux nécessaires pour limiter le réchauffement à 1,5 ou 2°C est encore trop important. Il attire l’attention sur le fait que les mesures de relance prises par les gouvernements dans le cadre de la pandémie de Covid-19 seront décisives pour préparer le terrain en vue d’une réduction progressive et contrôlée des combustibles fossiles, dans le cadre d’un effort de «reconstruction en mieux».

Les principaux constats tirés des Perspectives énergétiques 2050+ montrent que la Suisse est en mesure de transformer son approvisionnement énergétique de manière à atteindre la neutralité climatique d’ici à 2050. L’efficacité énergétique sera améliorée et les énergies fossiles disparaîtront dans une large mesure. 

«Courant solaire pour les locataires»

 

Cette fiche d’information, élaborée par la Société suisse pour l’énergie solaire (SSES) et destinée aux locataires, présente les options possibles pour l’achat et l’investissement dans la production de courant solaire. Les locataires suisses sont en effet les plus grands consommateurs d’électricité du pays, devant les propriétaires. La SSES rappelle qu’en décidant de couvrir leur consommation d’électricité par du courant solaire, les locataires influencent le mix électrique à l’échelle nationale. Plus la population optera pour des sources renouvelables, plus les entreprises d’approvisionnement s’adapteront.

www.suisseenergie.ch/locataires-solaire

 CLIMAT 

CAUSES, EFFETS ET MESURES

 

Le rapport «Changements climatiques en Suisse» publié en novembre 2020 fait le point sur l’état du climat dans notre pays. Les indicateurs montrent une Suisse particulièrement touchée par les changements climatiques. «Même avec des mesures drastiques, les effets ne pourront plus être enrayés, mais tout au plus limités», apprend-on. La température moyenne a augmenté d’environ 2°C depuis l’ère préindustrielle (deux fois plus que la hausse mondiale moyenne), entraînant vagues de chaleur et précipitations plus fortes et plus fréquentes; sans oublier la fonte des glaciers, des cours d’eau qui se réchauffent ou encore les importantes modifications au niveau de la flore et de la faune. Le rapport, qui présente des réponses et des mesures politiques, est téléchargeable gratuitement via le site de l’OFEN ou via https://bit.ly/3rNKlGa

↑  Plus de LED

En 2019, la part des ventes d’éclairages LED a atteint 59,6% du marché suisse, une progression de près de 17% par rapport à 2018. Cette augmentation en fait le moyen d’éclairage numéro un du pays. Une lampe LED consomme jusqu’à 90% d’électricité en moins qu’une ampoule classique.

↑ Davantage de soleil

En 2021, le développement de la production d’électricité renou-velable sera renforcé en Suisse. L’encouragement du photovoltaïque disposera de 470 millions de francs. Aujourd’hui, plus de 85’000 installations subventionnées produisent 9% de l’électricité consommée dans notre pays.

↓  La nature pèse moins lourd

Le poids des produits fabriqués par les êtres humains a dépassé celui de l’ensemble du monde naturel, selon une étude publiée dans la revue Nature. Alors que la totalité des formes de vie sur Terre pèse environ 1000 milliards de tonnes, les produits fabriqués par l’humanité représentent 100 milliards de tonnes de plus. A ce rythme, le poids «humain» pourrait atteindre les 3000 milliards de tonnes en 2040.

↓  Moins vert que gris

selon Energy Policy Tracker, une initiative portée par six centres internationaux de recherche sur l’économie et le climat, la reprise économique ne tient pas assez compte du tournant écologique. Les pays du G20 ont ainsi annoncé au moins 234 milliards de dollars d’argent public en faveur des énergies fossiles, contre 151 milliards pour les énergies propres.