fr Brèves

Efficience 21 /// été 2021

Actuel I L’images

Le 100’000e Certificat énergétique des bâtiments (CECB) a été délivré

image_3721_sommaire

Actuel

Brèves

actuel_3721_sommaire

En partenariat avec SuisseEnergie

Des propriétaires partagent leurs expériences

suisse_3721_sommaire

Interview I Bertrand Piccard

«La protection de l’environnement ne deviendra jamais une réalité si elle coûte cher»

piccard_3721_sommaire

En partenariat avec CleantechAlps

Pour l’isolation, l’herbe a tout bon

cleantech_3721_sommaire

En partenariat avec CleantechAlps

Les bois feuillus comme alternative au béton

cleantech_3721_sommaire_02

Dossier I Béton

Le béton, ce meilleur ennemi

beton_3721_sommaire

Energie et travaux I Réalisation exemplaire

Un hôtel en bottes de paille

hotel_3721_sommaire

Société I Climat

Quelles solutions pour atteindre la neutralité carbone?

climat_3721_sommaire

Recherche I Energie grise

Les transports de biomasse ne font pas fausse route

recherche_3721_sommaire

Recherche I Mobilité

Se déplacer en voiture en ville n’est pas toujours un choix

recherche_mobilite_3721_sommaire

Solutions durables I Aménagements

Les bureaux passent au vert

solution_3721_sommaire

Solutions durables I Ecogestes

Vade retro gaspi alimentaire!

ecogeste_3721_sommaire

ACTUEL I Brèves

 TAXE CO2 

 

120 FRANCS PAR TONNE EN 2022

En 2020, les émissions de CO2 dues aux combustibles ont baissé de 31% par rapport à la valeur de référence de 1990. L’objectif de réduction de 33% est toutefois manqué, ce qui entraînera, dès le 1er janvier 2022, l’augmentation de la taxe de 96 à 120 francs la tonne. Rappelons que les deux tiers de cette taxe sont redistribués à la population suisse; le solde est versé aux cantons dans le cadre du Programme Bâtiments et affecté au fonds de technologie.

 ÉVÉNEMENT 

 

FESTIVAL DU FILM VERT

Dédiée à 100% à la nature, la 16e édition du festival propose au public des documentaires en lien avec l’environnement, les enjeux écologiques et le développement durable. Des rencontres avec les réalisateurs et des experts permettent également d’approfondir la réflexion à l’issue des projections. Du 4 septembre au 17 octobre dans de nombreuses villes de Suisse.

www.festivaldufilmvert.ch

Recharge rapide à l’EPFL

 

Deux nouvelles bornes sont à disposition du public sur le campus de l’EPFL. Une station de recharge innovante développée par le Laboratoire des systèmes électriques distribués (DESL) et sa spin-off GridSteer, en collaboration avec l’opérateur Gofast. L’objectif? Tester de nouveaux algorithmes afin de déployer des unités de recharge rapide pour des véhicules électriques plus écologiques. Car si ce type de bornes permet une recharge en trente minutes environ au lieu de huit heures, elles exercent une forte pression sur le réseau électrique.
D’où les recherches des ingénieurs du DESL et de GridSteer pour lisser cette charge sur le réseau et gérer efficacement l’offre et la demande. Une deuxième station devrait être installée à Aigle en 2022. Tandis que la station de l’EPFL est connectée à des installations photovoltaïques, celle d’Aigle sera en outre reliée au réseau hydroélectrique de la région et couplée à une batterie de stockage de 2,5MWh.

L’hydrogène sort du bois

 

La première unité de production d’hydrogène vert à partir de bois est sur les rails. Un projet porté par le Groupe Corbat et le bureau d’ingénieurs Planair et qui vise à transformer cette matière première locale et renouvelable en biocarburants stockables. La phase opérationnelle de H2Bois SA démarrera à l’automne 2022. L’ambition de l’entreprise est de valoriser les excédents de bois des forêts jurassiennes – puis le bois usagé – sous forme d’hydrogène vert et de biochar (un résidu solide de la combustion utilisé comme amendement naturel de terre agricole). L’investissement est devisé à 12 millions de francs.

 MOBILITÉ 

 

DES AUTOROUTES ÉLECTRIQUES

 

Le système eHighway développé par Siemens Mobility alimente les camions en électricité à partir d’une ligne aérienne de contact. Une innovation qui permet de réduire la pollution atmosphérique locale et contribue à la décarbonation du secteur des transports. Depuis 2018, ce système équipe trois tronçons d’environ 5km. Une vingtaine de camions chargés de marchandises les sillonnent. Après trois ans d’essais, le groupe Siemens fait part de sa volonté d’électrifier ainsi 4000km d’autoroute en Allemagne et d’étendre son réseau à toute l’Europe.

 PLANÈTE 

 

SIGNES VITAUX PLUS FAIBLES

Dans un texte publié dans la revue BioScience, des chercheurs soulignent la «hausse sans précédent» des catastrophes climatiques. D’après eux, sur les 31 signes vitaux de la Terre – parmi lesquels les émissions de gaz à effet de serre, la déforestation ou encore l’épaisseur des glaciers –, 18 ont atteint des records, témoignant d’un affaiblissement de l’état de notre planète. Les auteurs soulignent que certains points de bascule ont déjà été dépassés et plaident pour des actions rapides et radicales.

 PHOTOVOLTAÏQUE 

 

PLUS DE COURANT SOLAIRE EN HIVER

Selon un rapport du Conseil fédéral, la part hivernale d’électricité issue du photovoltaïque peut passer de 27 à 30% sans coûts supplémentaires majeurs, grâce à une utilisation optimisée des surfaces des bâtiments, en particulier en installant davantage de panneaux sur les façades orientées au sud. Et de souligner que ce développement pourrait par exemple être encouragé par une rétribution unique plus élevée.

Des bactéries  pour éliminer les toxines

 

Comment récupérer ou rendre inoffensifs les déchets chimiques des générations passées? Agent orange, lindane, HBCD, etc.: de nombreuses substances toxiques désormais interdites sont encore actives dans les lieux où elles ont été répandues ou stockées. Des chercheurs suisses et indiens ont repris une étude menée il y a trente ans sur la capacité de bactéries à «consommer» ces produits chimiques. Et en modifiant génétiquement des bactéries provenant d’une décharge en Inde, ils sont parvenus à produire des enzymes capables de décomposer ces toxines. Un espoir pour dépolluer, même s’il reste encore un long chemin à parcourir pour les utiliser à grande échelle.

En 2033, le constructeur allemand Audi cessera de produire des véhicules équipés de moteur à combustion. Dès 2026, il se concentrera sur des modèles électriques.

Etude thématique

 

Les agritechs suisses sont-elles la panacée pour concilier productivité et protection du climat? C’est sur cette question que se penche l’étude publiée au mois de juillet par CleantechAlps. Enjeux, défis, bonnes pratiques et modèles d’affaires: le document passe au crible le secteur des agritechs dans le contexte d’une agriculture sous pression où tous les potentiels d’amélioration et d’optimisation des technologies et processus doivent être exploités.

A consulter librement sur www.cleantech-alps.com

 PLASTIQUE 

 

BÂLE ET BERNE MEILLEURES ÉLÈVES

Une étude de Greenpeace Suisse publiée en juillet dernier compare les mesures prises par les villes du pays afin de soutenir les solutions réutilisables. En Suisse romande, c’est Fribourg qui donne l’exemple en se hissant à la troisième place du classement. «Cette étude met en lumière le fort potentiel d’amélioration de nos villes, qui dans leur rayon d’action peuvent et doivent faire en sorte que le jetable devienne l’exception et le réutilisable la norme», indique le chargé de campagne Zéro déchet pour l’association.

 FAUCARDAGE 

 

IMMERGER PLUTÔT QUE BRÛLER

Faucarder consiste à couper les plantes aquatiques qui pourraient entraver la navigation. A Genève, la moissonneuse flottante utilisée dans la rade rapportait jusqu’à présent ces déchets végétaux sur les rives afin qu’elles soient incinérées en usine. Désormais, les herbes aquatiques fauchées seront tout simplement laissées dans l’eau, où elles se décomposeront naturellement.

78% des Suisses sont préoccupés par les phénomènes météorologiques extrêmes et 81% souhaitent limiter leurs émissions de CO2.

Source: Stiebel Eltron, moniteur de tendance énergie Suisse 2021

Rapport du GIEC: «code rouge pour l’humanité»

 

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat a publié le 9 août dernier un rapport très alarmant sur le dérèglement climatique, basé sur plus de 14’000 études scientifiques. Le GIEC souligne que les activités humaines ont un impact «sans équivoque» sur le climat. Celles-ci seraient responsables d’une hausse moyenne des températures de 1,1°C par rapport à l’ère préindustrielle; elle pourrait atteindre 1,5°C ou 1,6°C autour de 2030. Il s’ensuit un dérèglement climatique sans précédent; le niveau des mers est par exemple monté de 20cm depuis le début du XXe siècle et pourrait encore grimper de près de 2m d’ici à 2300. Le GIEC fait également le lien avec les événements météorologiques extrêmes présents et à venir: canicules, inondations, tempêtes, etc. seront de plus en plus fréquentes. La concentration de CO2 dans l’atmosphère continue quant à elle d’augmenter. Idem pour le méthane et le protoxyde d’azote. Notons encore que, selon le GIEC, des points de bascule irréversibles ne peuvent pas être exclus. Le secrétaire général de l’ONU a qualifié ce rapport de «code rouge pour l’humanité», demandant l’abandon immédiat des combustibles fossiles très polluants.

Biodiversité en milieu urbain

 

Cest le projet réalisé par le Naturama d’Argovie et ses partenaires qui remporte cette année le prix Binding pour la biodiversité, doté de 100’000 francs. «Natur findet Stadt» est un projet collectif où les pouvoirs publics et les particuliers agissent ensemble. Une quinzaine de communes et plus de 250 citoyens ont ainsi déjà réaménagé leurs espaces pour davantage de nature et de qualité de vie. Soit un total de 45’000m2 en plus en faveur de la biodiversité, grâce à des aménagements au pied des arbres, à la renaturation des places de parc ou encore à la mise en valeur des plates-bandes et aux jardins collectifs. Des recensements de la biodiversité sur certaines surfaces valorisées montrent que de petits espaces peuvent abriter plus de 120 espèces différentes.

 CLIMAT 

 

LE GULF STREAM AU POINT DE RUPTURE

 

L’AMOC (Antlantic Meridional OverTurning Circulation) est un système de courant océanique transportant les eaux chaudes de surface provenant de l’équateur vers l’Atlantique Nord, où elle se refroidissent et gagnent en salinité, ce qui les pousse vers les profondeurs de l’océan dans un mouvement circulaire. Véritable régulateur du climat, ce courant, également appelé Gulf Stream, serait aujourd’hui sur le point de s’effondrer. C’est ce qu’ont révélé, dans la revue Nature, des chercheurs allemands qui ont étudié le comportement de ce courant depuis 100’000 ans, relevant notamment que des signes de déstabilisation du courant sont d’ores et déjà visibles. Une alerte à laquelle le dernier rapport du GIEC fait écho et qui ne manquera pas de rappeler aux cinéphiles le scénario catastrophe du Jour d’après, où l’humanité fait face à une soudaine et mortelle nouvelle ère glaciaire. Hivers plus rudes au Nord, élévation du niveau des mers, multiplication des épisodes de canicule, tempêtes et autres événements extrêmes: voilà en tout cas ce qui nous attend si nous ne maintenons pas nos émissions de CO2 aussi basses que possible afin de préserver l’AMOC, préviennent les experts.

Baisse des émissions des voitures neuves… doit mieux faire!

 

En 2020, la consommation moyenne des voitures de tourisme neuves a baissé de 7,1% par rapport à l’année précédente, pour atteindre 5,74 litres d’équivalent essence aux 100km. Et avec près de 123,6 g de CO2 par km, leurs émissions moyennes sont elles aussi nettement inférieures (138,1 g de CO2/km en 2019). La valeur cible de 95 g/km pour les émissions de CO2, en vigueur depuis le début de cette année, n’a cependant pas été atteinte. D’où des sanctions d’environ 132,5 millions de francs (contre 78,1 millions en 2019) perçues auprès des importateurs de voitures de tourisme neuves et réparties entre la Suisse et le Liechtenstein en fonction du nombre d’immatriculations et d’importateurs. La part de la Suisse est versée au fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA).

Prospection du sous-sol de La Côte

 

EnergÔ et l’Office fédéral de l’énergie mènent une campagne de prospection des ressources géothermiques des districts de Morges et de Nyon. Près de 3,5 millions de francs ont été attribués au projet EnergÔ La Côte afin de déterminer le potentiel du sous-sol d’une trentaine de communes. Si les conclusions sont positives, des projets de forages de moyenne profondeur (1000 à 2000m) seront initiés.

↑  Hambourg prend de l’avance

Objectif 2030 pour la ville qui souhaite opérer sa transition énergétique huit ans avant la date annoncée par l’Allemagne pour sortir de sa dépendance au fossile.

Source: 24 heures

↑ 100% renouvelable

Le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) montre l’exemple: en 2020, l’électricité consommée par ses quelque 7000 bâtiments et installations provenait intégralement de sources renouvelables, principalement de l’hydraulique.

↓  Non-respect de l’Accord de Paris

Les sociétés pétrolières et gazières ne rempliront pas leur objectif, selon l’étude de trois organismes indépendants publiées en juillet. Au rythme actuel, elles auront en effet épuisé leur quota d’émissions de CO2 jusqu’en 2050 dès 2037.

 

↓  Déforestation record

L’Amazonie a perdu près de 9000km2 de forêt entre juillet 2020 et juillet 2021. Un triste record qui s’inscrit dans une série noire: la moyenne des trois derniers cycles est 70% supérieure à celle des trois cycles précédents.