Efficience 21 /// automne 2020

Actuel I En images

Un bestiaire 100% suisse

en image_aut20_sommaire

Actuel

Brèves

news_aut20_sommaire

Société

Regards croisés – CO2: compenser ne suffit pas

regards_auto20_sommaire

En partenariat avec SuisseEnergie

Tout savoir sur l’étiquette-énergie automobile

tout_savoir_sommaire

Interview I Sofia de Meyer

Sofia de Meyer cultive l’économie régénérative

sofia_sommaire

Energie et travaux I Bâtiment efficient

Un bijou expérimental de technologie

monterosa_sommaire

Energie et travaux I Eoliennes

Des enfants et du vent

eolienne_sommaire

Dossier I Bois-énergie

Le bois ne se laisse pas abattre

dossier_bois_sommaire

En partenariat avec CleantechAlps

Fireforce invente le feu sans fumée

fireforce_sommaire

En partenariat avec CleantechAlps

Bloom Biorenewables substitue la biomasse au pétrole

bloom_sommaire

Mobilité I Véhicules particuliers et transports

La Suisse mise sur l’hydrogène

mobilite_hydrogene_sommaire

Mobilité I Aviation

De l’électricité dans l’air

mobilite_electricite_sommaire

Mobilité I Vélo

Un kit pour changer les bicyclettes en vélos électriques

mobilite_kit_sommaire

Vivre I Protection de l’avifaune

Construction et sauvegarde des oiseaux: mode d’emploi

avifaune_sommaire

Vivre I Préservation des abeilles

Bees Connection

bees_sommaire

Vivre I Consommation locale

Le retour à la terre, oui, mais sans excès de CO2

retour_sommaire

En partenariat avec CleantechAlps

Fireforce invente le feu sans fumée

 

Le procédé de combustion développé par Fireforce Technology permet de convertir la biomasse en énergie thermique de façon très propre et efficace. Une innovation qui pourrait bien révolutionner le secteur de la production de chaleur.

Al’instar de nombreuses technologies de rupture, l’histoire de Fireforce commence dans un garage. Ce n’est toutefois pas en Californie, mais bien dans la campagne vaudoise que, à la faveur de ses recherches sur le biochar, André Van der Veken veut trouver une façon de brûler proprement les résidus issus de la production de ce charbon à usage agricole. Autodidacte, il adopte une approche «empirique mais réfléchie», prenant conseil auprès de divers spécialistes. Selon lui, il est plus judicieux d’empêcher les émissions polluantes que d’utiliser des méthodes fastidieuses pour les capturer. Et ça marche! Les résultats des premiers tests menés sur son brûleur dans un laboratoire indépendant dépassent ses attentes: il est parvenu à développer un procédé permettant de brûler ultra proprement les pellets et les plaquettes afin de convertir cette biomasse en chaleur, ouvrant ainsi la voie vers des chaudières plus propres, plus efficaces, plus compactes et plus économiques.

 

QUASIMENT ZÉRO POLLUTION

L’objectif d’André Van der Veken est non seulement d’équiper les chaudières au bois avec la technologie Fireforce afin de limiter drastiquement les émissions polluantes, mais aussi de substituer ce type d’installations aux appareils fonctionnant avec des énergies fossiles. «Nous ciblons les installations industrielles ou de chauffage à distance de 500kW et plus», explique l’entrepreneur. Depuis le 1er août dernier, il s’est adjoint les compétences d’un ingénieur pour accélérer le développement de son prototype, d’une puissance actuelle de 100kW.

Grâce à des taux d’émission de gaz et de particules fines extrêmement bas, le procédé Fireforce ne nécessite aucun électrofiltre pour les fumées; délestées de cet accessoire, les chaudières peuvent donc être moins volumineuses. Autre atout: un rendement plus élevé, de l’ordre de 8 à 30%. «Notre prototype accepte n’importe quelle biomasse jusqu’à 65% d’humidité, ce qui permet de brûler des bois de moindre qualité et meilleur marché», ajoute-t-il. Avec des plages de régulation de puissance d’une grande amplitude, la production de chaleur peut être adaptée au plus près des besoins des utilisateurs; cette amplitude permet aussi de diminuer les interventions de maintenance en cas d’utilisation dans les valeurs limites. André Van der Veken relève enfin que les fumées de combustion sont si propres que la technologie est à l’abri de durcissements éventuels de la réglementation sur les émissions polluantes.

 

UNE TECHNOLOGIE CONCURRENTIELLE

Créée en 2018, Fireforce Technology Sàrl reçoit d’ores et déjà quelques soutiens financiers. La Fondation suisse pour le climat, le Service de la promotion de l’économie et de l’innovation du canton de Vaud, SIG ou encore l’Office fédéral de l’environnement appuient ainsi les travaux de développement du procédé. «Nous nous tournerons vers des investisseurs lorsque nous disposerons d’un démonstrateur suffisamment abouti», précise l’entrepreneur, ajoutant que plusieurs mois de travail sont encore nécessaires pour présenter un prototype en vue d’une industrialisation.

S’il est un peu tôt pour chiffrer le coût d’une future installation de chauffage équipée de la technologie Fireforce, André Van der Veken estime qu’il devrait être assez proche de celui d’une chaudière classique avec électrofiltre. «Nos produits devraient être concurrentiels», conclut-il.

La première flamme olympique 100% renouvelable de l’histoire des JO

 

Régulièrement sollicitée pour son expertise dans le domaine de la combustion, Fireforce a notamment développé le brûleur de la flamme olympique des derniers Jeux olympiques de la jeunesse, à Lausanne. Alimenté par des pellets issus de bois local, il a permis de délivrer une flamme pendant des cycles de 24 heures, et ce, sans électricité. Notons que Fireforce a également contribué à améliorer la techno-logie équipant les parasols chauffants Edelsun.

La plateforme CleantechAlps apporte son soutien aux entreprises actives dans les technologies propres. En partenariat avec elle, Efficience 21 met en lumière ceux qui font les cleantechs en Suisse occidentale.