fr Huit règles pour économiser l’eau au jardin

Efficience 21 /// printemps 2021

Actuel I L’images

Centrale SolarCADII: ça chauffe sur les toits de SIG

image_3621_sommaire

Actuel

Brèves

actu_3621_sommaire

Interview I Antonio Hodgers

«La ville dense est le seul moyen de faire de l’urbanisme écologique»

interview_3621_sommaire

En partenariat avec SuisseEnergie

Des propriétaires partagent leurs expériences

suisseenergie_3621_sommaire

Energie et travaux I Rénovations

Et si c’était le moment de changer de fenêtres?

fenetres_3621_sommaire

Société I Consommation

Le greenwashing lave l’esprit critique

green_3621_sommaire

En partenariat avec CleantechAlps

Les voyants de l’or bleu

cleantec_3621_sommaire

En partenariat avec CleantechAlps

Quand les petites exploitations voient grand

cleantec_3621_sommaire2

Dossier I Hydroélectricité

Hydroélectricité: une contribution surestimée à la transition énergétique?

dossier_3621_sommaire

En partenariat avec Depsys

Le smart grid se déploie en Suisse romande

depsys_3621_sommaire

Mobilité I Véhicules électriques

La batterie sous tension

batterie_3621_sommaire

Solutions durables I Upcycling

Leurs T-shirts valent des briques

tshirt_3621_sommaire

Solutions durables I Bâtiment efficient

Tilia Tower, la tour où le bois est roi

tilia_3621_sommaire

Solutions durables I Ecogestes

Huit règles pour économiser l’eau au jardin

huit_3621_sommaire

SOLUTIONS DURABLES I Ecogestes

Huit règles pour économiser l’eau au jardin

 

Quand et comment apporter la bonne quantité d’eau à vos plantes? Nos conseils pour profiter de vos extérieurs en jardinier responsable.

  

SYLVIE ULMANN

1) ATTENDEZ QUE LA TERRE SOIT BIEN SÈCHE

Arrosez uniquement lorsque le sol est sec en profondeur. Le pire consiste à arroser souvent et un petit peu, car cela empêche les racines de s’ancrer profondément. Ce besoin dépend principalement de l’ensoleillement dont bénéficient les plantes. Celles qui reçoivent beaucoup de lumière font davantage de photosynthèse que celles qui y sont moins exposées, et elles nécessitent plus d’eau.

2) (RE)PRENEZ L’ARROSAGE EN MAIN

Attention à l’arrosage automatique qui se met en route même lorsqu’il pleut. Si vous tenez à ce genre d’équipement, veillez à ce qu’il dispose au moins d’un pluviomètre et réglez-le afin qu’il ne délivre pas trop d’eau; 15 à 20 litres par mètre carré suffisent pour une pelouse. Pour faire le calcul, dispersez des récipients à parois verticales dans votre potager ou sur votre pelouse (des boîtes de conserve par exemple), arrosez, puis mesurez, sachant qu’un millimètre égale 1 litre d’eau par mètre carré.

 

3) PLANTEZ LOCAL

Des espèces indigènes s’épanouiront mieux dans votre jardin. Tenez compte de l’emplacement des plantes, du type de sol, de l’ensoleillement, de la température et de l’altitude. Si vous optez pour des espèces qui ont besoin de chaleur toute l’année, il faudra les emballer ou les mettre à l’abri du froid après l’été. Posez--vous la question avant d’acheter ce magnifique laurier-rose.

4) NE NOYEZ PAS VOTRE GAZON

N’arrosez pas plus d’un jour sur cinq, même s’il fait très chaud. Espacez vos apports d’eau progressivement, sinon votre gazon jaunira: un jour sur deux les deux premières semaines en doublant le temps d’arrosage. La quinzaine suivante, éloignez encore les arrosages d’une journée en doublant à nouveau la durée, et ainsi de suite. A noter aussi que plus un gazon est ras, plus il a soif, la taille idéale étant de 6 à 7 centimètres.

 

5) PAILLEZ

Copeaux de bois, feuilles mortes, roseaux, toiles de coco ou voiles synthétiques font l’affaire. A utiliser sous les arbres, sur une surface correspondant à celle de la couronne, et au jardin, pour freiner l’évaporation et espacer les arrosages. On paille toujours le pied des fraisiers, car cela évite que leurs fruits ne se salissent ou n’attrapent un parasite par contact avec le sol.

 

6) NE VOUS PRÉOCCUPEZ PAS TROP DES ARBRES

S’ils sont en bonne santé, leurs racines sont capables de plonger plus profondément pour s’abreuver, même par fortes chaleurs sur une longue période. S’ils montrent des signes de sécheresse périphérique, diminuez leurs besoins en eau en les taillant pour en rétrécir la couronne. Par ailleurs, n’engazonnez pas leur pied, car cela les empêche de s’enraciner en profondeur.

7) SARCLEZ

En cassant la croûte sur un sol sain (50% de matière solide, 25% d’air et 25% d’humidité), on crée un appel d’air qui permet à l’humidité de remonter par capillarité. A condition qu’il y ait de l’humidité en profondeur bien sûr. Vérifiez, et si la terre de votre potager ressemble à du sable, à vos tuyaux!

 

8) RÉCUPÉREZ L’EAU DE PLUIE

Un réservoir ouvert ou une gouttière permettent de récupérer celle qui tombe du toit, avec d’impressionnantes économies à la clé. Pour passer à la vitesse supérieure, un réservoir enterré s’impose. C’est aussi l’occasion de voir si ces eaux peuvent être utilisées ailleurs dans la maison, pour les WC ou le lave-linge par exemple.