fr Les bureaux passent au vert

Efficience 21 /// été 2021

Actuel I L’images

Le 100’000e Certificat énergétique des bâtiments (CECB) a été délivré

image_3721_sommaire

Actuel

Brèves

actuel_3721_sommaire

En partenariat avec SuisseEnergie

Des propriétaires partagent leurs expériences

suisse_3721_sommaire

Interview I Bertrand Piccard

«La protection de l’environnement ne deviendra jamais une réalité si elle coûte cher»

piccard_3721_sommaire

En partenariat avec CleantechAlps

Pour l’isolation, l’herbe a tout bon

cleantech_3721_sommaire

En partenariat avec CleantechAlps

Les bois feuillus comme alternative au béton

cleantech_3721_sommaire_02

Dossier I Béton

Le béton, ce meilleur ennemi

beton_3721_sommaire

Energie et travaux I Réalisation exemplaire

Un hôtel en bottes de paille

hotel_3721_sommaire

Société I Climat

Quelles solutions pour atteindre la neutralité carbone?

climat_3721_sommaire

Recherche I Energie grise

Les transports de biomasse ne font pas fausse route

recherche_3721_sommaire

Recherche I Mobilité

Se déplacer en voiture en ville n’est pas toujours un choix

recherche_mobilite_3721_sommaire

Solutions durables I Aménagements

Les bureaux passent au vert

solution_3721_sommaire

Solutions durables I Ecogestes

Vade retro gaspi alimentaire!

ecogeste_3721_sommaire

SOLUTIONS DURABLES I Aménagements

 

Les bureaux passent au vert

 

Verdir nos espaces de travail, en entreprise ou chez soi, est tendance. Conseils de pro pour choisir les bonnes plantes et les bons aménagements.

  

 SYLVIE ULMANN

«Jamais nous n’avons reçu autant de demandes de plantes pour verdir les bureaux que depuis le début de la pandémie», constate Régis Cathalan, décorateur végétal chez Schilliger à Gland. Une tendance qui n’a pas échappé au spécialiste suisse de mobilier modulaire USM Haller: il a récemment lancé une gamme d’accessoires permettant d’intégrer des plantes au cœur de ses structures. «Dans les open spaces et les espaces de coworking, elles peuvent servir à cloisonner les postes de travail ou à structurer naturellement les grandes pièces», explique le fabricant. Les plantes peuvent en outre combler nos désirs d’exotisme, rendre les locaux plus conviviaux et donner envie aux employés d’y revenir. On les apprécie aussi pour leurs vertus dépolluantes.

LUMIÈRE ET LUMINOSITÉ

Le tout est de trouver celles qui s’épanouiront dans votre espace de travail. Deux paramètres vous y aideront: «La luminosité dont elles bénéficieront et votre assiduité à les arroser», résume Régis Cathalan. «On oublie souvent que l’on ne vient pas travailler le week-end et que l’on prend des vacances», rappelle-t-il. Pour éviter de mauvaises surprises à votre retour de congé, mieux vaut choisir des variétés faciles à vivre (lire l’encadré).

Côté pots, «optez pour des modèles à réserve d’eau remplis d’un substrat LT», recommande-t-il. Toutes les plantes se plaisent dans ce matériau à base minérale qui retient particulièrement bien l’humidité. Il permet en outre d’espacer les arrosages sans dommage pour les végétaux.

Enfin, en home office, la tendance forte consiste à multiplier les petites plantes en pots d’un diamètre de 12cm. C’est le cache-pot qui fait la différence, à adapter au design de votre environnement de travail. Attention, plus le contenant est petit, plus la verdure est fragile: un pot de 5cm de diamètre peut exiger de l’attention au quotidien!

Le top 5 des plantes de bureau

 

1) Le yucca

Très tendance en version XS, il adore la lumière, mais résiste à la sécheresse et ne s’arrose qu’une fois par mois. Grâce à son effet dépolluant, il est très apprécié dans les espaces mal aérés.

 

2) La langue de belle-mère (sanseveria)

Numéro un dans la catégorie «increvable», elle supporte autant les grandes variations de température que les arrosages rares; un apport d’eau mensuel lui suffit. Autre avantage de cette succulente: elle n’a pas besoin de beaucoup de lumière.

 

3) Le cactus cierge (cereus peruvianus)

Une plante grasse très demandée en ce moment, car elle aurait le pouvoir d’absorber les mauvaises ondes émises par les ordinateurs. Elle exige un bon ensoleillement, mais se contente d’un arrosage mensuel.

 

4) La fleur de lune (spathiphyllum)

Si vous avez envie de fleurs et que votre place de travail est mi-ombragée, bingo! En revanche, à vos arrosoirs: elle aime boire une fois par semaine.

 

5) L’aglaonema

On reconnaît cette autre championne en matière de résistance à son feuillage marbré. Elle s’accommode des situations mi- ombragées et aurait, elle aussi, des vertus dépolluantes. Arrosage hebdomadaire.