fr Tilia Tower, la tour où le bois est roi

Efficience 21 /// printemps 2021

Actuel I L’images

Centrale SolarCADII: ça chauffe sur les toits de SIG

image_3621_sommaire

Actuel

Brèves

actu_3621_sommaire

Interview I Antonio Hodgers

«La ville dense est le seul moyen de faire de l’urbanisme écologique»

interview_3621_sommaire

En partenariat avec SuisseEnergie

Des propriétaires partagent leurs expériences

suisseenergie_3621_sommaire

Energie et travaux I Rénovations

Et si c’était le moment de changer de fenêtres?

fenetres_3621_sommaire

Société I Consommation

Le greenwashing lave l’esprit critique

green_3621_sommaire

En partenariat avec CleantechAlps

Les voyants de l’or bleu

cleantec_3621_sommaire

En partenariat avec CleantechAlps

Quand les petites exploitations voient grand

cleantec_3621_sommaire2

Dossier I Hydroélectricité

Hydroélectricité: une contribution surestimée à la transition énergétique?

dossier_3621_sommaire

En partenariat avec Depsys

Le smart grid se déploie en Suisse romande

depsys_3621_sommaire

Mobilité I Véhicules électriques

La batterie sous tension

batterie_3621_sommaire

Solutions durables I Upcycling

Leurs T-shirts valent des briques

tshirt_3621_sommaire

Solutions durables I Bâtiment efficient

Tilia Tower, la tour où le bois est roi

tilia_3621_sommaire

Solutions durables I Ecogestes

Huit règles pour économiser l’eau au jardin

huit_3621_sommaire

SOLUTIONS DURABLES I Bâtiment efficient

 

Tilia Tower, la tour où le bois est roi

 

A Prilly, cette tour de 85 mètres de haut n’est pas encore sortie de terre, mais elle fait déjà figure de championne toutes catégories en matière d’efficacité énergétique.

  

SYLVIE ULMANN

Réaliser un bâtiment énergétiquement exemplaire: tel était la volonté d’Esteban Garcia, fondateur de Realstone Group et dont l’une des sociétés, Insula SA, est maître d’ouvrage. Et ce projet dépasse déjà largement les objectifs de base, qui consistaient à atteindre les standards Minergie PEco et ceux de la Société à 2000 watts. La future tour, qui devrait être opérationnelle en 2026, affiche un indice de dépense de chaleur estimé à 88 mégajoules/m2/an – contre 450 méga-joules/m2/an pour la majeure partie du parc immobilier suisse. Côté bilan carbone, la construction bat aussi tous les records: «Au stade du concours, le projet présente, avec 3,7kg de CO2/m2/an, un excellent bilan carbone, en anticipant les objectifs à 15kg/m2/an de la Confédération à l’horizon 2050», souligne Raphaël Crestin, responsable du projet.

Un résultat obtenu grâce au bon mélange de matériaux – béton pour la base et bois-béton pour les étages. La toiture est équipée de panneaux photovoltaïques et des façades actives figurent également au programme. Un projet de récupération de chaleur dans les eaux usées est à l’étude pour assurer le chauffage, avec un éventuel appoint de géothermie. Autre piste innovante, le recours à des géostructures thermiques – une technologie visant à récupérer et valoriser la chaleur du sol via des structures existantes – est aussi sur le métier. Mais ne serait-ce pas plus simple de se raccorder au chauffage à distance? Non, répond Esteban Garcia: «Ce n’est pas une source d’approvisionnement irréprochable à toutes les périodes de l’année.

 

PHILOSOPHIE DE LA MIXITÉ

La tour Tilia dispose d’autres atouts en matière de durabilité. Ce n’est pas un hasard si elle a emprunté son nom à un tilleul emblématique de la ville de Prilly, sous lequel ses habitants se sont réunis pendant plusieurs siècles: ceux de l’actuel quartier ont été consultés et impliqués à tous les stades du projet. L’ouvrage a d’ailleurs perdu plusieurs dizaines de mètres de hauteur et a été aminci suite à ces discussions. La rénovation de deux autres constructions attenantes – un centre de badminton et le bâtiment de La Bâloise – figure également au programme, de même que la création d’aménagements correspondant aux besoins des usagers et habitants des lieux: jeux pour les enfants, connexions à la mobilité douce et un espace vert dont les vedettes seront bien sûr des tilleuls.

La Tilia Tower sera en outre synonyme de mixité à tous les étages: la cohabitation intergénérationnelle sera encouragée dans ses 210 appartements. Une philosophie de la mixité qui prévaut aussi dans l’utilisation de la future tour, puisque l’habitat sera complété par des commerces, principalement en lien avec le sport – le futur centre sportif de Malley sera en effet à portée de baskets. Des espaces de coworking sont également prévus. Enfin, cet édifice étant le plus haut de la région, sa silhouette a été pensée pour marquer les esprits. Elle se distingue par ses balcons, dont tous les logements sont équipés, et ses bow-windows. Mais pas question de faire passer l’esthétique avant le confort des habitants: ces espaces extérieurs ont été conçus pour être suffisamment à l’abri du vent pour permettre aux futurs locataires de boire leur thé dehors, même aux derniers étages.